A Jean-Pierre

 

Jean-Pierre, je salue en toi le militant exceptionnel, le guerrier fort et courageux . Dans ta détermination à combattre le mal social qu’est la corrida tu as été un guide, tu as ouvert les consciences. Tu avais la bravoure et la noblesse de ceux que tu as défendus en leur consacrant ta vie.

Tu as accompli un travail de Titan et je sais qu’entouré de toutes ces magnifiques âmes que tu as rejointes, tu vas continuer à nous mener sur le chemin de l’abolition.

Je garde à jamais en mémoire, avec pudeur, humilité, et douleur, ce que nous avons partagé ensemble.

Chantal GIROT

Présidente de Défense Animale Belfort – D.A.B.

COUP DE GUEULE de la présidente

Je reviens la rage au ventre de la rue Lebleu à Belfort au numéro 33 où vit une personne monstrueuse.
Un dossier que l’association souhaitait tenir secret jusqu’à l’aboutissement de notre plainte, mais force est de constater qu’à Belfort, lutter contre la maltraitance animale c’est un peu comme vouloir remplir le tonneau des Danaïdes !

Au mois de mai, une militante nous a signalé six chats faméliques et malades, enfermés dans la cour d’une propriété privée. Malgré toutes nos investigations, signalement à la mairie, à la police municipale, à la DDCSPP, plainte déposée et enregistrée auprès du procureur de la république, intervention des gardes nature et ordonnance du tribunal pour retirer les chats des griffes de leur bourreau en jupon, rien n’a abouti. Interdiction de pénétrer dans une propriété privée sans l’autorisation du propriétaire et la mégère qui détenait ces malheureux n’a jamais voulu les laisser partir pour qu’ils puissent être soignés.
Malgré ses hurlements de folie et sa méchanceté, et en dépit de sa ferme opposition, les chats ont été nourris tous les jours, matin et soir en glissant la nourriture sous la grille, par des personnes qui se relayaient, notamment l’association Félis.

Puis ce soir,la jeune femme qui leur apporte leur nourriture comme tous les soirs depuis le mois de février 2017, m’a appelée à 21 h 30 pour m’annoncer qu’un des chats était allongé sur le sol glacé, mort.
Cette semaine les chats avaient progressivement disparu, il en restait deux d’après les informations recueillies.
Le froid a-t-il eu raison de leur pauvre corps abîmé ? que leur est-il arrivé ?

Je me suis rendue sur place et j’ai appelé les pompiers puis la police municipale pour demander de l’aide, mais à 22 h il n’y avait pas d’équipe disponible pour se déplacer et puis comment pénétrer dans une propriété privée sans autorisation pour aller récupérer le petit corps d’un animal sans être en infraction ! Pourtant j’aurais volontiers sauté dans cette cours pour aller chercher la dépouille de ce malheureux si mes jambes me le permettaient car je me moque bien de braver les interdits, ceux qui me connaissent le savent.
Voilà, on tourne en rond, et demain matin l’équipe qui se présentera se heurtera de nouveau à une grille cadenassée.

Depuis le mois de mai nous avons tiré la sonnette d’alarme. Nous n’avons pas pu sauver ces chats parce que parmi les pouvoirs publics, personne n’a jugé la vie de ces petits êtres suffisamment importante pour se bouger le cul et les sortir de là.
J’ai honte ce soir d’être citoyenne de cette ville où les animaux ont si peu d’importance que nos appels ne sont pas entendus !

Chantal GIROT

Présidente de Défense Animale Belfort – D.A.B.

Action du 04 novembre à BELFORT: contre l’exploitation des animaux pour leur fourrure!

 

Le samedi 4 novembre, l’association DEFENSE ANIMALE BELFORT – D.A.B. organisait pour la quatrième année une action contre l’exploitation des animaux pour l’utilisation de leur fourrure à des fin commerciales, afin de dénoncer la cruauté autant que l’inutilité de cette pratique répondant aux caprices de la mode.

Une marche en centre ville nous a permis d’échanger avec la population et de recueillir une centaine de signatures pour la pétition de l’association FOURRURE TORTURE.

Nous avons traversé les Nouvelles Galeries et nous avons eu le temps de monter au 1er étage du magasin où nous avons déploré l’abondance de blousons et manteaux garnis de fourrure. La plupart des clients ont approuvé notre démarche.
Chaque année, 140 millions d’animaux sont sacrifiés pour leur fourrure. Le vison est le plus recherché, suivi par le renard polaire. Mais la liste est longue : loup, lynx, coyote, raton laveur, chinchilla, lapin, et puis les animaux domestiques comme le chien et le chat importés d’Asie ou volés et qui approvisionnent le marché européen sous des noms d’emprunts.
La majeure partie de la fourrure provient d’élevages sordides, comme tout près de chez nous à Emagny dans le doubs, l’immonde élevage de visons.

Read More

snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflakeWordpress snowstorm powered by nksnow