Cas de maltraitance, DAB se constitue partie civile

DEFENSE ANIMALE BELFORT a pris la décision de se constituer partie civile dans ce cas de maltraitance et de soutenir l’association » Félin Pour l’Autre » de Tours.

L’HISTOIRE DANS LE DÉTAIL :

« Je suis la présidente d’une association de protection féline (Félin pour l’autre dans le département 37). Le 6/02/2014 je suis contactée par un jeune couple qui souhaite adopter 2 chats adultes ensemble. La jeune femme me dit qu’elle vient de perdre ses deux « chatons » d’une maladie et qu’elle ne pourra adopter qu’à partir du 7/03/2014, le temps de se remettre financièrement et parce qu’elle sera en vacances. Nous lui proposons donc deux adultes en famille d’accueil et de venir les rencontrer afin de voir si le contact passe entre eux et afin de les réserver le cas échéant, après avoir répondu à un questionnaire d’adoption envoyé par email auquel elle répond de suite.

La rencontre avec les 2 minous (1 mâle et une femelle) se fait donc comme convenu et le jeune couple réservent les 2 chats, ils viendront les voir 2 fois en famille d’accueil pour jouer avec eux puis comme convenu les adopte le 7/03/2014.

Le 11/03/2014 nous sommes contactées car l’un des deux chats (le mâle) semblent ne pas aller bien, nous organisons une visite de consultation vétérinaire à nos frais. Le vétérinaire part sur un virus ou un toxique. Nous nous rendons donc sur place, éliminer la possibilité d’un toxique. En arrivant sur place, ma bénévole ne trouve pas de toxique mais trouve la deuxième chatte pas bien, elle est emmenée de suite chez le vétérinaire qui reste sur un virus. La jeune femme nous dit alors que le virus qui a emporté ses précédents chats n’a jamais été identifié. Nous lançons donc des analyses (qui reviendront 15 jours plus tard négatives).

Les deux chats repartent chez leurs adoptants et les problèmes s’enchainent, plaies qui apparaissent autour de la bouche de chacun des deux chats, amaigrissement, fièvre, comportement changeant, plusieurs visites chez le vétérinaire ont lieu et une hospitalisation de la petite chatte a lieu le 19/03/2014 pour un état de choc sévère avec double hémorragie de la chambre antérieure de l’œil, emphysème, hémorragie pulmonaire et état comateux, elle se remettra en 48H et sera rendu aux adoptants une nouvelle fois…

Exigeant des nouvelles matin et soir, je remarque que la situation va mieux puis que d’un coup elle se dégrade sur l’un ou l’autre des deux chats et je commence à trouver cela bizarre. Le 25/03/2014, la petite chatte est de nouveau hospitalisée dans le même état que la première fois chez un autre vétérinaire qui reste sur le fameux virus. La petite chatte est anémiée, il pense donc que ça lui a déclenché une anémie hémolytique, elle reste prostrée, dans un état de semi conscience. Après 2 jours d’hospitalisation, l’assistante vétérinaire m’appelle me disant qu’il est possible qu’elle décède seule en box, elle me demande si je souhaite la récupérer. Avec l’accord des adoptants, je la récupère donc le vendredi 27/03/2014 à la maison. Je la trouve douloureuse, je lui donne des anti-inflammatoires, quelques heures plus tard elle se lève et je découvre qu’elle a la queue cassée, une forte douleur en bas du ventre et au milieu du dos… Je prends rdv pour des radios le lundi suivant.

Entre temps j’enquête moi-même sur les adoptants… La jeune femme m’avait dit n’avoir eu que deux chats, je découvre via des vidéos et photos qu’elle en avait 4 et que deux auraient disparus de son appartement pendant son absence alors que toutes les portes et fenêtres étaient fermées… A partir de là, je comprends qu’il y a maltraitance et que tous les vétérinaires se plantent…

J’appelle donc la jeune femme pour lui dire qu’il faut qu’elle amène le mâle en consultation le lundi pour un bilan sanguin (ce qui était faux, je voulais juste récupérer le chat) elle m’envoi une photo et je découvre qu’il a lui aussi la queue cassée, je lui fais remarquer, elle me dit qu’elle ne sait pas si le chat a déjà levé la queue depuis qu’il est chez elle (c’était un chat très sociable…)

Le lundi 31/03/2014, pendant que je suis en train de faire pratiquer les radio de la petite chatte (qui montrent une fracture de la queue, une fracture de la colonne vertébrale, une fracture de côte et une fracture du pubis et un décollement de la peau qui allait de la base de la queue au milieu du dos) la jeune femme appelle en disant qu’elle vient de rentrer du travail et de trouver le chat mort.

Nous la faisons venir à la clinique vétérinaire et faisons pratiquer une autopsie : double fracture de la queue, 3 côtes cassées, un décollement de toute la peau du dos et une double hémorragie rénale.

Je suis allée déposer plainte le mardi 1/04/2014. Le couple a été entendu le mercredi 02/04/2014 et la jeune femme a reconnu que c’était son compagnon qui frappait les chats. Lui n’a pas reconnu les faits mais il était en liberté conditionnelle avec un casier judiciaire long comme le bras, le procureur nous a donc suivi sur le dossier et il doit comparaître au tribunal de Tours le 9/09/2014.

Nous invitons toutes les associations de protection animale à se porter partie civile du procès (je peux fournir les documents sur simple demande, la démarche est très simple) et toutes les personnes sensibles à la cause animale à nous rejoindre au procès.

Plus il y aura de monde et plus le procès sera médiatisé, plus il y a des chances que la sanction soit exemplaire.

Une enquête est en cours pour un autre chat, pris sur leboncoin APRES le retrait d’Irma et la découverte du décès de Donald. Pour cette raison, je ne peux en dire plus sur l’affaire actuellement mais les informations seront rajoutées sur cette page dés que je le pourrais. Merci de votre compréhension. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *