Marche contre l’exploitation animale

DEFENSE ANIMALE BELFORT a participé le samedi 27 janvier 2018 à Besançon à une MARCHE DE RECUEILLEMENT CONTRE L’EXPLOITATION DES ANIMAUX .

Evénement organisé par le collectif animaliste Le CABle, s’inspirant d’une action similaire organisée à Lyon par l’association 269 Life Libération Animale.

Cette date est celle de la neuvième Journée Mondiale pour l’Abolition de la Viande. L’occasion était de manifester symboliquement le refus de toute exploitation animale, et de rendre hommage à tous les animaux victimes de cette exploitation.

Article de france bleu pour l’action anti-fourrure du 13 janvier 2017


Belfort : des militantes anti-fourrure dans la rue pour le premier week end des soldes

samedi 13 janvier 2018 à 19:36
Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Elles étaient dans les rues de Belfort pour dénoncer les vêtements en fourrure ce samedi 13 janvier. Des militantes du DAB, l’association Défense Animale Belfort, ont voulu sensibiliser les passants du Faubourg de France en ce premier week end de soldes.

 

Six bénévoles belfortaines ont fait signer une pétition anti-fourrure dans le cadre de la journée nationale sans fourrure © Radio France – Manon Klein

Vous avez peut-être vu leurs panneaux dans les rues de Belfort ce samedi après-midi. Des militantes anti-fourrure ont profité du premier week end de soldes pour tenter de sensibiliser les passants à la condition animale. Cette action s’est déroulée dans le cadre de la Journée sans fourrure, une mobilisation nationale suivie dans une dizaine de villes en France. 

Des images chocs
Les bénévoles du DAB, l’association Défense Animale Belfort, ont placardé des images d’animaux dépecés sur des panneaux. « Je n’aime pas trop ce genre d’images. Mais à la fois, cela montre la réalité, et ça peut faire réagir » commente Marion, qui vient de signer la pétition du DAB contre le commerce de fourrures.
Le bilan de cette journée anti-fourrure à Belfort a été mitigé : la pétition anti-fourrure n’a récolté que 125 signatures. 

La pétition anti-fourrure a recueilli 125 signatures ce samedi à Belfort © Radio France – Manon Klein

Article france bleu

AFFAIRE DES VACHES MALTRAITEES A ST VIT (25)

Ce matin D.A.B était présente à Saint Vit au moment où le chargement des vaches sur leur lieu de « pâturage » et le déplacement vers un hangar commençaient.

La DDCSPP et la gendarmerie étaient déjà sur place pour sécuriser les opérations. Nous n’avons pu obtenir aucun renseignement auprès d’une personne de la DDCSPP.

Les animaux entraient d’un côté du hangar. Beaucoup sont repartis, du même côté, dans un grand camion direction l’abattoir de Besançon.
Ceux qui avaient été euthanasiés ressortaient de l’autre côté, dans le godet d’une pelleteuse, pour être largués, il n’y a pas d’autres mots, dans la benne du camion destiné à l’équarrissage, comme de vulgaires déchets.
Et toujours sous la surveillance de la gendarmerie. Le lieu était interdit au public, la route qui passe devant le hangar était bloquée, nous avons dû passer par le champ pour constater ce révoltant scénario. Quelques photos ont été prises discrètement avec un téléphone car nous étions surveillés.
On ne sait pas selon quels critères il a été décidé d’euthanasier ou non les bêtes.
Il nous a été confié que ce sont les animaux pour lesquels il n’y avait plus rien à faire qui étaient euthanasiés. Abattus de quelle manière ? Nous n’en savons rien, tout était fait à l’intérieur, hors de vue des personnes présentes.

Tout est flou dans cette affaire. Initialement la Fondation Brigitte Bardot devait prendre en charge la totalité du cheptel et au final elle ne pourra en déplacer qu’une cinquantaine. Que s’est-il passé ?

Selon un habitant de Saint Vit, lors de ses promenades, il voyait les animaux dans des conditions lamentables, piégés jusqu’aux genoux dans la boue gelée et qui ne pouvaient pas faire un seul mouvement. Une autre habitante voyait les bovins laissés livrés à eux-mêmes, se reproduisant sans cesse dans le champ, sans surveillance et explique qu’un veau a été vu agonisant dans une ravine.
Merci aux militants présents sur place tout au long de cette horrible journée.
N’hésitez pas à vous manifester auprès des autorités compétentes, à la préfecture, la DDSCPP, la mairie de St Vit. Nous devons être nombreux à nous révolter !

Préfecture 03 81 25 10 00
DDCSPP 03 81 60 74 60 / ddcspp@doubs.gouv.fr
Mairie Saint Vit 03 81 87 66 82 et 03 81 87 40 40 administration.mairie@saintvit.fr

 

Action du 04 novembre à BELFORT: contre l’exploitation des animaux pour leur fourrure!

 

Le samedi 4 novembre, l’association DEFENSE ANIMALE BELFORT – D.A.B. organisait pour la quatrième année une action contre l’exploitation des animaux pour l’utilisation de leur fourrure à des fin commerciales, afin de dénoncer la cruauté autant que l’inutilité de cette pratique répondant aux caprices de la mode.

Une marche en centre ville nous a permis d’échanger avec la population et de recueillir une centaine de signatures pour la pétition de l’association FOURRURE TORTURE.

Nous avons traversé les Nouvelles Galeries et nous avons eu le temps de monter au 1er étage du magasin où nous avons déploré l’abondance de blousons et manteaux garnis de fourrure. La plupart des clients ont approuvé notre démarche.
Chaque année, 140 millions d’animaux sont sacrifiés pour leur fourrure. Le vison est le plus recherché, suivi par le renard polaire. Mais la liste est longue : loup, lynx, coyote, raton laveur, chinchilla, lapin, et puis les animaux domestiques comme le chien et le chat importés d’Asie ou volés et qui approvisionnent le marché européen sous des noms d’emprunts.
La majeure partie de la fourrure provient d’élevages sordides, comme tout près de chez nous à Emagny dans le doubs, l’immonde élevage de visons.

Read More

Non à l’euthanasie d’une biche et de son faon dans le village de St Germain Le Châtelet

 

Aujourd’hui une personne nous a appelés à l’aide.
Une biche vient depuis plusieurs années dans le village de St Germain Le Châtelet (90) avec son faon. Les villageois la connaissent bien.
Mais cette année deux individus mécontents… et un arrêté préfectoral a été pris pour les euthanasier.
D.A.B va bien évidemment soutenir cette personne afin que ces deux vies soient épargnées.
Nous avons donc besoin de vous pour signer et diffuser cette pétition.
Merci à tous!

pétition

Affaire CHEVELU

PARDON CHEVELU POUR CE SIMULACRE DE JUSTICE

Eh bien, le droit des animaux en France n’est pas près d’évoluer !

Je ne parviens pas à contenir ma rage. Putain , six mois de prison ferme pour l’assassin de Chevelu ! C’est une peine dérisoire. Il n’y a pas lieu de se réjouir. Non le petit ange aux yeux doux n’est pas vengé. Non.
Quant à l’immonde vermine qui l’a massacré, il n’est pas le premier dans le cas d’un procès pour sévices sur animaux à s’être vu décerner un mandat de dépôt à la barre et à sortir menottes aux poings, direction le fourgon comme cela vous a été affirmé de manière un peu trop triomphale. Ne vous laissez pas manipuler.
Je voudrais rappeler l’affaire des vaches de Motey-Besuche, jugée au tribunal correctionnel de Vesoul en mars 2017.

Kévin Boutterin le principal tortionnaire a été condammé à QUATRE ANS DE PRISON FERME, INTERDICTION A VIE DE DETENIR UN ANIMAL et INTERDICTION PENDANT CINQ ANS D’EXERCER UNE PROFESSION EN LIEN AVEC LES ANIMAUX. et MANDAT DE DEPOT DECERNE A LA BARRE.

C’était du jamais vu ! Pour une fois la Justice s’était émue de la souffrance animale. Et la peine appliquée dépassait celle prévue à l’article 521-1 du code pénal.
Aujourd’hui ce simulacre de procès me donne la nausée.
Donnez-moi de bonnes raisons de ne pas être en colère et si j’ai loupé des informations qui pourraient me faire changer d’avis alors transmettez-les moi au plus vite.
Je souhaite du plus profond du coeur que ce déchet subisse ce qu’il mérite, au fond de sa prison.

Chantal GIROT
Présidente de Défense Animale Belfort – D.A.B.

Journée contre la maltraitance animale

Le samedi 24 juin 2017 se tenait pour la deuxième année un événement organisé par la ville de Belfort, intitulé : Journée contre la maltraitance animale.

Cette action de sensibilisation de la population est une excellente démarche de la part des élus et appréciée par les associations de protection animale locales.

Toutefois, la présence d’une mini ferme dite « pédagogique » ne cadre pas avec le thème de la journée.

Read More

HAPPENING du 17 juin 2017

Place Albert-Charles Meyer à Belfort, DAB a organisé un happening ce 17 juin 2017

Une action très médiatisée. Le temps serait-il enfin venu où la voix des défenseurs des animaux serait entendue et prise en considération ?
Une trentaine de militants se sont rassemblés aux abords du cirque Pinder afin de dénoncer l’exploitation des animaux, à travers un happening dans lequel nous avions inclus une mise en scène représentant une humaine enchaînée à un poteau, installée sur de la paille avec un lion pour dresseur, afin d’amener les spectateurs à s’interroger sur les conditions de détention des animaux et sur une situation inversée. « Et si c’était vous ? »
Laura avait accepté de tenir ce rôle pendant plusieurs heures par empathie envers des êtres sensibles qui subissent l’oppression humaine sans répit : «Nous devrions tous porter des chaînes, comme Eux, pour comprendre ce qu’ils endurent. »


Trois jeunes militantes, dont une représentante de l’association « Les Sales Gosses » se sont installés en centre ville avec pancartes, tracts et pétitions afin de sensibiliser la population à la souffrance animale dans les cirques.


Un autre groupe a pris la relève en fin d’après-midi.


Nos déambulations en ville ont remporté un grand succès. Echanges très intéressants avec la population qui en grande majorité approuvait notre action et signait la pétition destinée au maire de Belfort pour demander l’interdiction des cirques avec animaux dans la ville.


Tout était différent du côté de la place Meyer. Peu de réactions de la part des spectateurs fort peu nombreux, au demeurant. Certains refusaient nos tracts ou passaient tête basse, sans doute honteux de savoir au plus profond d’eux-mêmes que nous dénoncions la vérité.
Oui, le public était en forte baisse. Cela rendait encore plus pitoyables le chapiteau et la musique grotesque, et plus misérable encore la situation des animaux obligés de travailler. Cette année les animaux étaient bien gardés et nous avions du mal à les apercevoir depuis la rue.
L’absence des deux éléphantes n’est pas passée inaperçue dans nos rangs. Les années précédentes leur mal-être nous avait tous bouleversés. Que sont-elles devenues ? Nous cherchons des informations.


Nous remercions chaleureusement tous les participants à notre action : les associations « Rougemont le Chaton » , « Les Sales Gosses », les membres de DAB et tous les défenseurs de la cause animale venus nous prêter main forte.