Article de L’EST républicain: 02 mai 2018 -Tribunal Belfort : de la prison ferme pour le tortionnaire de chien

Absent à la barre du tribunal , un Belfortain de 31 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme et à l’interdiction de posséder un chien à vie. Son malinois avait mordu une jeune femme, au visage, en juin dernier.


Confisqué à son propriétaire, Max séjourne depuis à la fourrière départementale. Son histoire a suscité beaucoup d’émotion et l’association de défense des animaux a remis au tribunal, une pétition de 18 000 signatures. 
Read More

Article de france bleu pour l’action anti-fourrure du 13 janvier 2017


Belfort : des militantes anti-fourrure dans la rue pour le premier week end des soldes

samedi 13 janvier 2018 à 19:36
Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Elles étaient dans les rues de Belfort pour dénoncer les vêtements en fourrure ce samedi 13 janvier. Des militantes du DAB, l’association Défense Animale Belfort, ont voulu sensibiliser les passants du Faubourg de France en ce premier week end de soldes.

 

Six bénévoles belfortaines ont fait signer une pétition anti-fourrure dans le cadre de la journée nationale sans fourrure © Radio France – Manon Klein

Vous avez peut-être vu leurs panneaux dans les rues de Belfort ce samedi après-midi. Des militantes anti-fourrure ont profité du premier week end de soldes pour tenter de sensibiliser les passants à la condition animale. Cette action s’est déroulée dans le cadre de la Journée sans fourrure, une mobilisation nationale suivie dans une dizaine de villes en France. 

Des images chocs
Les bénévoles du DAB, l’association Défense Animale Belfort, ont placardé des images d’animaux dépecés sur des panneaux. « Je n’aime pas trop ce genre d’images. Mais à la fois, cela montre la réalité, et ça peut faire réagir » commente Marion, qui vient de signer la pétition du DAB contre le commerce de fourrures.
Le bilan de cette journée anti-fourrure à Belfort a été mitigé : la pétition anti-fourrure n’a récolté que 125 signatures. 

La pétition anti-fourrure a recueilli 125 signatures ce samedi à Belfort © Radio France – Manon Klein

Article france bleu

Article de l’Est Républicain: 5000 signatures pour sauver Max, un chien battu

Le 19/10/2017

Les mauvais traitements subis par un chien malinois ont suscité une forte émotion dans le quartier des Glacis du Château. Qui a irradié largement au-delà de Belfort. Une pétition en ligne vient d’être lancée.

Le chien qui subirait des violences de la part de son propriétaire est un malinois. Il séjourne actuellement la fourrière départementale.  

Il ne manquait plus que 600 signatures à la pétition en ligne, ce jeudi soir, pour atteindre l’objectif initial de 5000 signatures. Ce qui prouve que les maltraitances subies par Max, un malinois, ont suscité une forte émotion dans toute la France. Mardi, l’association Défense animale Belfort (DAB) a pris l’initiative d’alerter l’opinion publique sur le sort de l’animal.

L’association de protection des animaux s’est mobilisée après avoir reçu des témoignages alarmistes d’habitants des Glacis du Château. « Selon ces témoignages, le chien était enfermé dans un appartement ou sur le balcon, ne sortait pas de façon quotidienne et aurait été battu régulièrement depuis tout-petit », raconte Chantal Girot, la présidente de DAB. D’autres témoins auraient vu le maître frapper à coups de pied et de poings son malinois qui venait d’uriner dans l’ascenseur. D’autres encore indiquaient ne plus dormir dans une pièce située à proximité du balcon où séjournait l’animal « pour ne plus l’entendre hurler à la mort ».

Par peur des représailles, aucun de ces témoins n’a déposé plainte ou de main courante, ni saisi la police. Seule une Belfortaine s’est opposée au mur du silence et a contacté le service des gardes-nature. Celui-ci est intervenu à maintes reprises sans pour autant recueillir suffisamment de preuves.
« Indulgence pour le chien »

Autre reproche avancé par Chantal Girot : le maître, âgé d’une trentaine d’années, semblerait considérer son chien comme une arme de défense, pour assurer sa sécurité. Elle en veut pour preuve une intervention mouvementée de la police nationale dans le quartier de la gare, le 13 octobre. Le Belfortain est suspecté d’avoir ordonné à son chien d’attaquer un adolescent de 14 ans, à la suite d’un différend. Le jeune homme a été mordu à une cuisse et un poignet.

À la suite de cette affaire, le parquet a ordonné la saisie conservatoire du chien, qui a été confié à la fourrière départementale. « Je souhaite qu’une mesure judiciaire soit prise au plus vite contre le maître. Un chien n’est pas une arme », poursuit la présidente du DAB.
De son côté, le parquet attend la fin de l’enquête préliminaire pour décider des suites qu’il entend donner à cette affaire. Le tribunal pourrait décider la saisie définitive du chien et une mesure d’interdiction pour le maître à détenir un animal.

« Nous sollicitons l’indulgence des magistrats pour le chien », plaide Chantal Girot. « Il n’est pas responsable de sa situation et des faits qui se sont déroulés. » DAB aimerait que l’animal ne soit pas euthanasié et puisse à nouveau être adopté. Tout dépendra des conclusions d’un examen psychologique qui devra déterminer si l’animal est devenu dangereux ou pas.

 

Article de l’est républicain: 25 mai 2017

L’arrêt des numéros de cirque avec animaux : « Une avancée incroyable »

Elle est un peu la Brigitte Bardot de Belfort. Chantal Girot remue ciel et terre au quotidien pour défendre la cause animale. Et ça commence à payer : le cirque Joseph Bouglione annonce l’arrêt des numéros avec animaux.

Chantal Girot prépare une action pour la venue du cirque Pinder et de ses fauves à Belfort le 17 juin. DAB participera aussi le 24 juin à la journée contre la maltraitance animale . Photo Christine DUMAS Photo HD Chantal Girot prépare une action pour la venue du cirque Pinder et de ses fauves à Belfort le 17 juin. DAB participera aussi le 24 juin à la journée contre la maltraitance animale .
Photo Christine DUMAS

Read More