Situation des chats de Chèvremont, 1 an après…

La situation a évolué pour Marcellin et Merlin. Leur constitution robuste leur a permis de guérir et de s’en sortir et puis ils ont à présent une famille et sont heureux.

La petite Juliette trop fragile a été emportée par la maladie. Ils étaient encore 28 sur le site de Chevremont à ce moment là.

Notre campagne d’adoption du mois de février 2017 a remporté un grand succès.

Cependant aujourd’hui 6 chats cherchent toujours leur famille : Leonie, Mathilde, Lena, Othello, Léopold et Théo.

Et mon coup de gueule reste le même que celui d’il y a un an à l’égard de tous ceux qui abandonnent leurs animaux et de tous ceux qui participent à leur vie de misère en entretenant la prolifération.

Marche contre l’exploitation animale

DEFENSE ANIMALE BELFORT a participé le samedi 27 janvier 2018 à Besançon à une MARCHE DE RECUEILLEMENT CONTRE L’EXPLOITATION DES ANIMAUX .

Evénement organisé par le collectif animaliste Le CABle, s’inspirant d’une action similaire organisée à Lyon par l’association 269 Life Libération Animale.

Cette date est celle de la neuvième Journée Mondiale pour l’Abolition de la Viande. L’occasion était de manifester symboliquement le refus de toute exploitation animale, et de rendre hommage à tous les animaux victimes de cette exploitation.

 

 

Nous avons atteint pour le moment 17 000 signatures. Pétition 

Encore un dernier effort et nous pouvons arriver à 20 000.Je remettrai la pétition au tribunal le jour de l’audience, sur clé USB.
Le propriétaire de Max le malinois sera jugé en février au tribunal correctionnel de Belfort » pour avoir exercé volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité, en l’espèce en frappant Max » conformément à l’article R.654-1 alinéa 1 du code pénal.
Les faits de sévices graves et actes de cruauté invoqués dans notre plainte n’ont pas été retenus. Toutefois, compte tenu du comportement récidiviste de ce tortionnaire puisqu’il a déjà maltraité et tué un précédent chien, sans être condamné, nous insisterons sur la gravité de la situation et demanderons l’application de l’article 521-1 du code pénal ainsi que l’interdiction à vie de détenir un animal.

Merci pour votre soutien.

Chantal GIROT

Présidente de Défense Animale Belfort – D.A.B.

 

D’autres candidats sont-ils prêts à nous soutenir dans notre combat et à le déclarer officiellement ?
Nous remercions monsieur Vincent Jeudy qui a le courage d’affirmer ses convictions contre la souffrance animale.

 

Quand la coupe est pleine…

DEFENSE ANIMALE BELFORT n’est pas une association pour chats, rien ne l’indique dans ses statuts. Et pourtant, la misère féline est telle dans le territoire de Belfort que nous avons dû nous pencher sur ce dramatique sujet.

Il y a deux ans, j’ai été appelée en urgence pour un chat errant mal en point dans un quartier de Chèvremont. A mon arrivée ce n’est pas un chat que j’ai découvert, mais une colonie. Ils étaient environ quarante adultes auxquels une dizaine de chatons se sont rajoutés en cours d’année.
Tous les chats ont été stérilisés, identifiés, testés, déparasités et presque tous ont trouvé une famille.
J’étais seule pour démarrer cette campagne, le maire du village, Jean-Paul Moutarlier, a refusé de participer.

La Fondation 30 millions d’amis a apporté une aide financière à notre association ainsi que de généreux donateurs. Avec l’aide de rares bénévoles j’ai pu installer sur une propriété privée un point de nourrissage et des abris, à titre provisoire.
Ils sont encore six sur le site à attendre une famille. Malgré toutes nos démarches, personne ne s’intéresse au sort de ces chats.
Même si nous ne subissons pas de pression de la part des propriétaires du site, la situation est préoccupante et ne pourra pas s’éterniser.
Il nous manque également quelqu’un pour aider au nourrissage sur le terrain.

Que vont devenir ces chats si l’association décide d’interrompre ses activités ?
Car nous en sommes à ce stade de réflexion actuellement.
En effet, nous ne sommes pas assez nombreux pour partager équitablement le travail.

En revanche nous sommes sollicités tous les jours et à n’importe quelle heure. Mais combien de gens lorsqu’ils font appel à nous, ou plutôt devrais-je dire à nos services , réalisent que nous sommes bénévoles ?
Quand nous mettons en place des actions de terrain, qui se soucie réellement de l’organisation exigée pour cela , du temps que nous y avons consacré et de l’énergie déployée ? Combien parmi les participants, sont les personnes qui nous proposent de nous aider ?
Pour ma part, j’arrive à un seuil d’épuisement qui n’est pas acceptable. J’ai mis ma vie personnelle entre parenthèses depuis plusieurs années pour gérer cette association et faire face à un travail de plus en plus important et trop lourd. J’ai donc décidé de prendre de la distance et de me reposer pour prendre soin de moi.

Le milieu de la protection animale est je crois, le pire que j’aie cotoyé et les illusions du début se transforment vite en déception. Ce constat, malheureusement, beaucoup le font.
Aujourd’hui je laisse ma place à qui veut la prendre…..

Chantal GIROT

Présidente de Défense Animale Belfort – D.A.B.

JOYEUSES FETES

Chers ami (e)s,

L’année 2017 s’achève et chacun va célébrer à sa manière l’arrivée de l’an neuf. Chaque année se termine par des journées de fêtes qui font le bonheur des familles. Mais si les humains sont en liesse, il n’en est pas de même pour de nombreux animaux qui seront sacrifiés sur l’autel des réjouissances gustatives. J’ai une pensée toute particulière pour ces victimes.

Au 21e siècle, il n’est pas concevable que l’homme civilisé ne respecte pas la Vie. Qu’elle soit humaine ou non, elle est précieuse à tous, et il nous appartient d’aider les plus fragiles à préserver la leur.

Défense Animale Belfort s’est donné pour mission de se battre en toutes circonstances pour les animaux.
Votre association, a poursuivi encore cette année un difficile combat pour tenter de sensibiliser la population à travers des actions de terrain sur les douloureuses conditions de vie de nos amis non humains, que ce soit dans les cirques, dans les élevages industriels, dans le commerce pour la fourrure, les abattoirs, les arènes, etc.. avec l’espoir qu’une amélioration se produise grâce à une prise de conscience progressive.

Read More

URGENT

Le propriétaire de cette petite minette est muté des raisons professionnelles à l’étranger et ne peut pas l’emmener. Il recherche une famille qui serait disposée à l’accueillir et prendre soin d’elle.
Elle s’appelle Fraise elle a 6 ans est tatouée et stérilisée, c’est une chatte adorable et très propre.
Si vous voulez aider ce monsieur, vous pouvez contacter notre association par mail à defanimalebelfort@gmail.com

Dernier chapitre concernant les vaches maltraitées de Saint Vit

La Fondation Brigitte Bardot est venue, en ce matin du vendredi 15 décembre 2017, prendre en charge la soixantaine de vaches ayant échappé la veille à l’abattoir ou à l’euthanasie, une véritable hécatombe (170 animaux). A 8h30 nous étions sur place aux côtés de l’association Humanimo et de Rolande Bouvard, lanceuse d’alerte, pour assister à ce sauvetage, rejoints quelques temps après par la FBB, la SPA de Besançon et les médias.

Les gendarmes sur place ont été très courtois mais nous ont interdit l’accès direct au hangar où attendaient déjà certainement quelques bovins. Seuls la FBB, la SPA, Rolande et les médias ont été acceptés.
Nous sommes donc allés un peu plus loin avec Humanimo, vers le champ où une trentaine de vaches, la plupart avec leurs petits veaux, étaient encore présentes, certaines dans un état de maigreur alarmant. Les employés de la DDSCPP essayaient de les regrouper pour les faire monter dans le camion de transport. Puis sont arrivés les sauveteurs et les médias, suivis de la gendarmerie.

Read More

AFFAIRE DES VACHES MALTRAITEES A ST VIT (25)

Ce matin D.A.B était présente à Saint Vit au moment où le chargement des vaches sur leur lieu de « pâturage » et le déplacement vers un hangar commençaient.

La DDCSPP et la gendarmerie étaient déjà sur place pour sécuriser les opérations. Nous n’avons pu obtenir aucun renseignement auprès d’une personne de la DDCSPP.

Les animaux entraient d’un côté du hangar. Beaucoup sont repartis, du même côté, dans un grand camion direction l’abattoir de Besançon.
Ceux qui avaient été euthanasiés ressortaient de l’autre côté, dans le godet d’une pelleteuse, pour être largués, il n’y a pas d’autres mots, dans la benne du camion destiné à l’équarrissage, comme de vulgaires déchets.
Et toujours sous la surveillance de la gendarmerie. Le lieu était interdit au public, la route qui passe devant le hangar était bloquée, nous avons dû passer par le champ pour constater ce révoltant scénario. Quelques photos ont été prises discrètement avec un téléphone car nous étions surveillés.
On ne sait pas selon quels critères il a été décidé d’euthanasier ou non les bêtes.
Il nous a été confié que ce sont les animaux pour lesquels il n’y avait plus rien à faire qui étaient euthanasiés. Abattus de quelle manière ? Nous n’en savons rien, tout était fait à l’intérieur, hors de vue des personnes présentes.

Tout est flou dans cette affaire. Initialement la Fondation Brigitte Bardot devait prendre en charge la totalité du cheptel et au final elle ne pourra en déplacer qu’une cinquantaine. Que s’est-il passé ?

Selon un habitant de Saint Vit, lors de ses promenades, il voyait les animaux dans des conditions lamentables, piégés jusqu’aux genoux dans la boue gelée et qui ne pouvaient pas faire un seul mouvement. Une autre habitante voyait les bovins laissés livrés à eux-mêmes, se reproduisant sans cesse dans le champ, sans surveillance et explique qu’un veau a été vu agonisant dans une ravine.
Merci aux militants présents sur place tout au long de cette horrible journée.
N’hésitez pas à vous manifester auprès des autorités compétentes, à la préfecture, la DDSCPP, la mairie de St Vit. Nous devons être nombreux à nous révolter !

Préfecture 03 81 25 10 00
DDCSPP 03 81 60 74 60 / ddcspp@doubs.gouv.fr
Mairie Saint Vit 03 81 87 66 82 et 03 81 87 40 40 administration.mairie@saintvit.fr